Médecines douces : yoga ou sophrologie ?

Dernière mise à jour : 19 sept.


Yoga ou sophrologie ?


Les médecines douces : des pratiques alternatives


On appelle médecine douce toutes les approches thérapeutiques qui utilisent des moyens naturels pour prévenir ou soulager des problèmes de santé, et qui n’utilisent donc pas de médicament. Ces approches ne se substituent pas à un traitement médical : elles en sont complémentaires et sont utilisées simultanément à la médecine conventionnelle pour améliorer le bien-être et la santé.


Le champ d’action des médecines douces est très large : elles sont utilisées pour améliorer son bien-être, gérer son stress et ses angoisses, gérer sa douleur, maîtriser une phobie ou une addiction, résoudre des problèmes de peaux, réduire des maux de ventre ou de dos, mieux dormir, ou pour retrouver de la confiance en soi…


Certaines de ces pratiques existent depuis des millénaires, comme la médecine chinoise ou le yoga, d’autres sont plus récentes comme la sophrologie. Elles sont très populaires et se développent dans le monde entier, les gens souhaitant réduire leur usage de produits pharmaceutiques et les effets secondaires qui y sont liés. De plus, les bienfaits de ces médecines alternatives sont de plus en plus reconnus : certaines de ses pratiques se développent jusque dans les cabinets médicaux et même à l’hôpital, comme l’acupuncture, l’hypnose ou la sophrologie.


Thérapies manuelles, biologiques ou approches corps-esprit : la variété des médecines douces


Les médecines douces sont très variées : il existe aujourd’hui plus de 400 médecines alternatives pratiquées dans le monde.


Il est assez compliqué de les classer, voici une liste (non exhaustive) de celles qui sont le plus fréquemment recherchées par les Français :

  • les thérapies manuelles et les pratiques énergétiques (ostéopathie, chiropraxie, réflexologie, acupuncture, reiki, shiatsu, kinésiologie, étiopathie…)

  • les thérapies biologiques (phytothérapie, aromathérapie, ...)

  • les approches corps-esprit (hypnose, méditation, sophrologie, naturopathie, Qi Gong, Yoga, Tai chi, …)

  • l’art-thérapie

Le choix d’une médecine douce se fait bien évidemment en fonction de la problématique que vous rencontrez, mais aussi de vos préférences, de votre personnalité : méthode tactile ou non, méthode traditionnelle, envie de se livrer à quelqu’un ou difficulté à s’exprimer, besoin d’un accompagnement soutenu du praticien ou envie d’autonomie dans la pratique des exercices… Il y a forcément une méthode qui est faite pour vous !


Plutôt yoga ou sophrologie ?


Quand je présente ce qu’est la sophrologie, ses champs d’application et ses bienfaits (voir mon article de blog c’est quoi la sophro ?), on me demande souvent quelle est la différence entre yoga et sophrologie.


Il existe plusieurs points communs entre le yoga et la sophrologie. Ces deux disciplines considèrent l’être humain dans sa globalité : ses pensées, ses émotions, son corps. La recherche d’équilibre et l’harmonie entre ces trois éléments est primordiale, et la respiration maîtrisée est un outil fondamental de ces deux pratiques. Le yoga est d’ailleurs l’une des inspirations qui a influencé le fondateur de la sophrologie lors de la création de cette méthode.


Mais malgré ces points communs, ces deux médecines douces sont pourtant bien différentes.


Le yoga : une pratique sportive et une méthode de relaxation


Le yoga est une pratique sportive héritée de la culture hindoue et datant de l’Antiquité, qui repose sur une série d’exercices de gainage, d’équilibre, d’étirements. Grâce à la respiration, à l’énergie vitale apportée par le souffle, puis à la relaxation et à la méditation, le corps se détend, petit à petit, et cette relaxation du corps amène un apaisement de l’esprit.


Il existe diverses sortes de yoga, certains très doux, d’autres plus intenses, ce qui rend cette pratique accessible à tout un chacun, quelle que soit sa condition physique.


Le yoga fait travailler le corps, et est pour beaucoup une véritable hygiène de vie, une philosophie de vie : il permet de réduire son stress, aide à se recentrer, à lâcher-prise, à améliorer sa posture et sa souplesse, à accéder à une harmonie avec soi-même et son environnement, et à découvrir et développer sa spiritualité.


En France le yoga est rattaché au ministère de la culture, comme peut l’être une philosophie ou une religion. Son enseignement n’est pas réglementé, et il n’existe aucun diplôme officiel ni fédération d’Etat.


La sophrologie : une méthode thérapeutique et un outil de développement personnel


La sophrologie est une pratique fondée en 1960 par un neuropsychiatre d’origine colombienne, Alfonso Caycedo. Elle est basée sur la conscience de soi, de son corps, de ses propres capacités et de ses ressources.


Grâce à des exercices basés sur la respiration contrôlée, la détente corporelle et sur la visualisation d’images ou de situations positives, un état de relaxation, de détente profonde s’installe et permet à la personne de prendre conscience de son état intérieur, de ses émotions, de ses sensations, et ainsi d’optimiser toutes ses possibilités pour améliorer son quotidien.


La sophrologie peut être pratiquée à tout âge et avec n’importe quelle condition physique. Le principe d’adaptabilité du sophrologue fait de chaque exercice un outil personnalisé jusque dans sa posture (debout, assis ou allongé) et donc parfaitement adapté aux capacités de la personne.


La pratique régulière de la sophrologie permet de faire travailler son esprit, et de trouver les clés pour apprendre à gérer ses émotions, à calmer ses angoisses et son stress, à développer sa confiance en soi, à soulager les troubles du sommeil, à se détendre, pour retrouver un meilleur équilibre de vie.


La profession de sophrologue est reconnue par l’Etat, il existe en France une certification qui garantit un niveau de qualification, mais sa pratique n’est pas réglementée.


Aucune de ces deux méthodes n’est supérieure à l’autre. Elles se rejoignent sur certains points, mais vous pouvez décider de pratiquer l’une, l’autre ou les deux : elles peuvent être complémentaires. La bonne question est de savoir quel est l’objectif que vous souhaitez atteindre en pratiquant, pour trouver la discipline qui vous est la plus adaptée. Quel que soit votre choix, devenez acteur de votre bien-être !


Et si vous avez envie de découvrir la sophrologie, n’hésitez pas à me contacter pour une séance découverte à mon cabinet, à votre domicile ou en visio.


Emilie Sautel.